Suivi de commande
Service client 7j/7
044 802 90 28

Mon compte

Veuillez choisir
Lors de la déconnexion, tous les projets non enregistrés ainsi que votre panier seront supprimés pour des raisons de sécurité.

La milliseconde parfaitement capturée

Le Suisse Adrian Flütsch est le gagnant international mensuel du CEWE Photo Award grâce à sa photo d’action hivernale. Dans l’interview, il raconte comment cette photo spectaculaire a été prise et comment il « fige » des moments avec la photographie.
Vainqueur du mois de janvier 2023 : « Backflip in the Sunset » d’Adrian Flütsch
Vainqueur du mois de janvier 2023 : « Backflip in the Sunset » d’Adrian Flütsch

Monsieur Flütsch, toutes nos félicitations pour le prix mensuel ! Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Je m’appelle Adrian Flütsch et j’habite avec ma compagne dans les Grisons, plus précisément à Lenzerheide, région où j’ai également grandi. Je suis photographe indépendant depuis plus de dix ans (www.sundroina.ch) et, entre-temps, j’ai aussi enseigné la photographie.

Portrait du photographe Adrian Flütsch, © Adrian Flütsch
Photographe Adrian Flütsch, © Adrian Flütsch

Comment en êtes-vous venu à la photographie ?

Finalement par le snowboard. J’ai débuté avec un appareil photo analogique très simple vendu dans un kiosque. Il fallait le remonter quand on voulait prendre une photo. On prenait alors un film de 24 × 36 et on était hyper content quand on obtenait une photo nette.
Cela m’a tout simplement fasciné, surtout la possibilité de « figer » des moments. Des instants que l’œil humain ne peut pas apprécier dans toute leur beauté. Par exemple, lorsque la neige jaillit et que l’on capture ces fragments de neige, que le temps s’arrête pour ainsi dire. Si l’on se tient à côté en tant qu’observateur, on ne le perçoit pas si précisément, cela a un tout autre effet. Avec la photographie, je parviens à « figer » le temps.

Exactement comme dans cette photo impressionnante. Comment a-t-elle été prise ?

La photo a été prise alors que je faisais du freeride avec des amis. Nous étions en train de planifier la dernière descente et avons trouvé un super endroit d’où l’on pouvait se lancer sans rien préparer. C’était tout simplement naturel. Un bon collègue a alors tenté un backflip et j’étais exactement à la bonne position et je pouvais ainsi le cadrer. Un exemple classique de « au bon endroit au bon moment », et en plus avec l’appareil photo. Cette photo n’était pas du tout prévue, pas plus que nous n’avions décidé à l’avance de faire des photos particulièrement spectaculaires ce jour-là. Elle est simplement le résultat de l’instant.

Et dès le premier essai, vous avez obtenu une photo si particulière ?

Oui, à cet endroit, deux autres collègues ont sauté et je les ai également photographiés. Cependant, cette photo était la meilleure des trois.

Quelle région est représentée sur la photo ?

J’ai fait cette photo près de chez moi, c’est-à-dire dans la région de Lenzerheide. Naturellement, j’apprécie beaucoup cela dans ma région d’origine : Ici, nous pouvons prendre le train jusqu’à la montagne et ensuite faire du snowboard dans la neige profonde quasiment jusqu’à notre porte.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre photo ?

Immortaliser ce moment particulier dans la neige, où tout semble si cristallin. Avec un temps de pose aussi court, l’instant est quasiment figé. Ce qui me plaît aussi, c’est la position qu’il adopte lorsqu’il saute. Cette position du corps, cette poussée vers l’avant, cet élan. Comme s’il survolait l’image. A cela s’ajoute la vue lointaine, à l’arrière-plan la vallée et le soleil à contre-jour qui fait resplendir encore plus la neige. La neige profonde et cette ambiance de coucher de soleil : Voilà tout simplement l’image globale qui reflète ce moment si particulier.

Quel a été le défi pour cette photo ?

Pour une telle photo, il faut avoir la chance de saisir exactement la milliseconde parfaite et en même temps d’avoir choisi le bon réglage de l’appareil photo. J’ai choisi une vitesse d’obturation rapide, mais j’ai quand même fermé un peu le diaphragme pour que la profondeur de champ soit suffisamment élevée. Normalement, il n’est pas facile de prendre des photos à contre-jour, car le sujet au premier plan peut rapidement paraître trop sombre. Mais dans ce cas, la neige a joué en ma faveur. Comme elle réfléchit la lumière du soleil et je n’ai donc pas eu besoin de moyens supplémentaires pour éclairer le sujet.

Aviez-vous tout de suite compris qu’il s’agissait d’une photo très vraiment unique ?

Non, c’est venu plus tard. Nous étions en plein départ et avons fait plusieurs arrêts en cours de route. Cela peut vite faire 200-400 photos. De retour à la maison, on examine les images et on voit s’il y a quelque chose de bon. Généralement, on ne dispose que de cinq à dix photos de qualité sur l’ensemble d’une saison hivernale, alors qu’on est peut-être parti 40 fois. C’est donc assez exceptionnel. Ce n’est pas un motif que l’on peut reproduire facilement. C’est ce qui le rend si exceptionnel, je pense.

À quoi ressemble le fait de se promener dans la neige avec un appareil photo ? Avez-vous un équipement spécial pour cela ?

J’ai un sac à dos spécial pour mon appareil photo, dans lequel je range par exemple mon matériel de sécurité. L’appareil photo se trouve bien protégé et j’ai maintenant l’habitude de l’avoir toujours avec moi. Il faut faire attention à porter la batterie sur soi pendant les pauses photo et à ne pas la laisser dans le sac à dos. Elle pourrait s’y détériorer rapidement en cas de températures froides, ce qui serait dommage.

Quels sont vos conseils pour réussir vos photos d’action en hiver ?

Pour ma part, j’aime photographier avec un objectif grand angle, dans une plage de focales allant de 17 à 50 mm. Je trouve généralement qu’il est plus agréable lorsqu’on est un peu plus près. Mais c’est une question de goût et cela dépend bien sûr de la situation.
On peut aussi travailler avec la fonction de prise de vue en continu, mais personnellement, ce n’est pas ce que j’aime faire. L’appareil photo tourne en boucle. Le fait que cette photo ait été prise en une seule fois la rend encore un peu plus remarquable à mes yeux.

Que représentent vos photos pour vous ?

Il me plaît toujours de regarder les photos pour me remémorer des souvenirs. Dans ce cas, je repense à la journée, à la belle descente, aux personnes présentes. Pour cette photo, c’est bien sûr très spécial, car elle est si bien réussie et maintenant, en plus, elle est liée à la récompense du mois.

À quel moment une photo devient-elle une image pour vous ?

Quand elle dégage ce petit quelque chose qui fait la différence. Quand elle capte un moment et que le temps s’arrête. Quelque chose qui ne peut pas être reproduit. Sur le plan personnel, ce sont souvent pour moi des photos de famille, de bons amis et de proches. Par exemple lors de fêtes, également en guise de souvenir. Elles finissent parfois dans un livre de photos. Chez moi, dans mon salon, certaines de mes photos de paysages sont affichées comme décorations murales.

Est-ce que vous pensiez avoir de bonnes chances lorsque vous avez soumis la photo ?

Pas vraiment, en fait. C’est simplement une photo qui me plaît beaucoup. C’est pourquoi j’ai décidé de la soumettre. Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’elle devienne l’un des gagnants du mois. Du coup, je suis d’autant plus content que cela ait abouti de manière aussi inattendue.

Comment avez-vous réagi lorsque vous avez appris que vous aviez remporté le prix mensuel ?

Je me suis bien sûr réjoui, mais je crois ne pas avoir encore complètement réalisé. Naturellement, j’en ai tout de suite parlé à ma partenaire et j’ai partagé ma joie. Sur Instagram, de nombreuses personnes ont également réagi et m’ont félicité, ce qui était bien sûr très agréable. Je sais moi-même par expérience que les photos sont toujours une question de goût. Il y a des photos qui me plaisent personnellement beaucoup et que quelqu’un d’autre ne peut pas du tout apprécier. Et inversement. Cela est toujours passionnant. C’est pourquoi j’apprécie d’autant plus que le jury ait choisi ma photo.

En tant que formateur, vous avez certainement une expérience personnelle de l’évaluation des images, n’est-ce pas ?

Oui, cela m’a aussi montré que, de mon point de vue, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de faire. On ne peut pas dire objectivement qu’un portrait doit toujours être réalisé avec une certaine configuration. C’est la liberté artistique et c’est forcément un peu subjectif. Pour moi, en tant que formateur, il était tout simplement important que l’on puisse argumenter pourquoi on l’a fait de cette manière. Par exemple, si l’on veut obtenir un certain effet alors pourquoi ne pas photographier de manière non conventionnelle ?

Une dernière question pour conclure : Quel conseil donneriez-vous aux photographes débutants ?

S’entraîner, s’entraîner, s’entraîner et de préférence ne photographier qu’en mode manuel, car c’est en faisant des erreurs que l’on apprend.

Merci beaucoup pour cette interview !

Adrian Flütsch sur le Web: sundroina.ch
Adrian Flütsch sur Instagram: @sundroina_pictures

Découvrez d’autres interviews passionnantes et riches en idées

Faites en sorte que vos photos attirent l’attention