Suivi de commande
Service client 7j/7
044 802 90 28

Mon compte

Veuillez choisir
Lors de la déconnexion, tous les projets non enregistrés ainsi que votre panier seront supprimés pour des raisons de sécurité.

« La photographie enrichit ma vie »

Entretien avec la photographe amateur Claudia Räss, qui a remporté la catégorie « Animaux » du CEWE Photo Award avec sa photo « Hände ».
« Hände », © Claudia Räss
« Hände », © Claudia Räss

Madame Räss, toutes nos félicitations pour votre victoire dans la catégorie « Animaux » ! Pouvez-vous vous présenter brièvement ?
Merci beaucoup ! Je m’appelle Claudia Räss, je suis originaire de Trèves près de la Moselle et j’habite en Suisse depuis 1986. Nous habitons à Appenzell, un endroit relativement calme et tranquille. Je suis mère de trois fils adultes. Sur le plan professionnel, je suis infirmière de formation et j’ai suivi une formation complémentaire de thérapeute. Entre-temps, je dirige mon propre cabinet de massage depuis 25 ans et cela me procure toujours autant de plaisir. Comme nous habitons à la campagne, nous sommes souvent en contact avec la nature, ce qui nous tient à cœur. Nous passons beaucoup de temps dans le jardin, nous faisons des randonnées ou des balades à vélo.

La photographe Claudia Räss, © Maurus Räss
La photographe Claudia Räss, © Maurus Räss

Qu’appréciez-vous dans votre région d’adoption, l’Appenzell ?
Que nous soyons directement entourés par la nature. En regardant par la fenêtre, je vois le Säntis, des collines verdoyantes et j’entends les cloches des vaches (rires). Cela signifie pour nous une qualité de vie et je ne veux pas m’en passer.

Si vous êtes si souvent en déplacement en Suisse, prenez-vous régulièrement des photos et emportez-vous toujours votre appareil photo lors de vos sorties ?
Lorsque nous étions en voyage, je prenais généralement des photos avec mon smartphone. Néanmoins, avant de partir pour l’Ouganda en 2021, j’ai acheté un appareil photo dans un magasin spécialisé dans la photographie, car je ne voulais pas me contenter de photos prises avec mon téléphone portable. Depuis, j’emporte toujours l’appareil photo avec moi en vacances, et même lorsque nous sommes en déplacement, je l’ai toujours avec moi.

La photographie semble être votre domaine de prédilection. Avez-vous toujours eu l’œil pour la photographie ?
J’ai commencé à faire de la photographie lorsque mes enfants sont venus au monde. Je voulais immortaliser ces moments uniques. À l’époque, la photographie était encore tout autre. Le nombre de photos étaient limitées, impossibles de les regarder de suite. Il fallait donc déterminer ce qu’on voulait photographier.

Lors du développement photo, la tension était à son comble et nous étions impatients de voir le résultat. Cette expérience joue certainement un rôle dans ma façon de photographier aujourd’hui. De plus, je m’attache beaucoup aux détails, probablement en raison de mon métier. J’aime vraiment observer et percevoir les moindres petites choses. J’ai beaucoup de plaisir à saisir ces détails avec mon appareil photo.

Que signifie la photographie pour vous ?
Les images photographiées ont pour moi une signification toute particulière. Je regarde souvent les photos et les expériences rejaillissent. Je me souviens des moments vécus et mon cœur se remplit de joie. Mémoriser mes souvenirs grâce à la photographie enrichit ma vie et me rend tout simplement heureuse.
 
Avez-vous un endroit préféré où vous aimez photographier ?
Nous nous promenons beaucoup dans les environs d’Appenzell où j’adore photographier. Rien de plus beau que de prendre des photos dans la magnifique nature de l’Alpstein. On y trouve des plantes rares comme les rhododendrons des Alpes, les gentianes ou des lys et j’aime les placer au centre du sujet. Souvent, la nature change d’aspect au même endroit, je trouve cela fascinant et c’est pour cette raison que j’ai toujours mon appareil avec moi.

Vue sur le Säntis, © Claudia Räss
Vue sur le Säntis, © Claudia Räss

Votre photo gagnante est elle aussi un motif issu de la nature. Quelle histoire se cache derrière cette photo ?
Depuis toujours, je souhaitais me rendre en Ouganda pour admirer les girafes, les éléphants et surtout les gorilles et les chimpanzés. Dans le parc national de Kibale, nous étions deux plus le guide en promenade dans la forêt tropicale.

Puis, au bout de trois-quarts d’heure, nous avons eu la chance de voir des chimpanzés. Au début, ils étaient dans l’arbre, car tout était très humide. Nous avons ensuite marché un peu plus loin jusqu’à une plate-forme, en espérant qu’ils s’y rendraient lorsque le temps serait plus sec. Nous avons alors eu la chance qu’un groupe de chimpanzés relativement important s’approche à moins de deux mètres de nous.

Ils se sont installés et ont commencé à se toiletter. C’est pendant ce rituel que la photo a été prise. J’ai trouvé particulièrement fascinant que l’un d’entre eux soigne la fourrure de l’autre tout en tenant sa main vers le haut. Les mains sont complètement détendues et tous deux ont simplement apprécié ce moment.

C’est passionnant de voir qu’à ce moment-là, vous n’avez pas photographié la situation générale, mais les mains détendues.
Oui, je pense que cela vient de mon travail. Je soigne beaucoup de gens qui sont extrêmement tendus. Lorsque je lève les bras ou que je travaille avec des mouvements, elles sont souvent très tendues. C’est pourquoi j’ai été si impressionné par ce relâchement naturel. C’était tout simplement beau pour moi de voir qu’ils pouvaient apprécier ce soin à ce point.

Qu’est-ce qui rend cette photo si spéciale pour vous ?
Les souvenirs que j’y associe. C’était un voyage unique qui nous fait aussi beaucoup réfléchir sur la protection de la nature et de l’environnement.

L’Ouganda est un pays riche doté d’une nature magnifique. Quand je regarde la photo, cela me procure beaucoup de bonheur. Tous les souvenirs du voyage et tout ce que nous avons vécu là-bas me reviennent instantanément en mémoire. Un film intérieur se déroule alors dans ma tête, expliquant comment la photo a été prise. Pour moi, la photo symbolise aussi l’instant présent.

Et qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre photo ?
Die Hand an sich. Man sieht alle Details wie die Nägel oder die Haare und sie ist unserer menschlichen Hand sehr ähnlich. Das alles zusammen mit dem Lichtspiel im Wald macht das Foto für mich sehr besonders.

Quel était le défi pour cette photo ?   Les conditions de lumière dans la forêt ne sont pas toujours optimales. Nous avons par exemple aperçu des gorilles en plein contre-jour. En pleine nature, au milieu de nombreuses espèces d’animaux, il n’est pas toujours possible de changer de position pour photographier dans une perspective idéale et avec des conditions de lumière parfaites.

Photographiez-vous souvent des animaux ? Et avez-vous des conseils spécifiques pour la photographie animalière ?
Je photographie très souvent les animaux et la nature, surtout ici en Suisse. Lors de notre voyage en Ouganda, nous avons également photographié beaucoup d’oiseaux. Globalement, il est très intéressant de photographier les animaux, car ils sont en mouvement et il faut savoir saisir le bon moment. Je me souviens qu’en Ouganda, je voulais absolument prendre une photo d’un hippopotame avec la bouche ouverte. C’était vraiment difficile (rires). Il y a quelques défis à relever, du bateau qui tangue à la bonne position de la tête de l’animal. Ne pas désespérer et être patient, c’est très important dans la photographie animalière.

Qu’est-ce que cela fait de figurer parmi les dix meilleurs participants du plus grand concours de photographie du monde ? Il y a eu plus d’un demi-million de photos qui ont été soumises !
C’est un peu surréaliste et incroyable. Je n’arrive pas encore à le réaliser. Ma famille ne m’a pas crue non plus sur le moment (rires). J’ai ensuite regardé à nouveau les photos de la catégorie « Animaux » et il y a vraiment des photos délirantes. Le fait que ma photo ait été choisie a été une grande et belle surprise.

Le thème du concours « Our world is beautiful » a-t-il été en quelque sorte une source d’inspiration pour vous ? Que signifie ce slogan pour vous ?
Oui, notre monde est magnifique et je trouve qu’il est important que nous réapprenions à mieux le regarder. Les gens se déplacent désormais si vite et beaucoup de choses sont éphémères. Beaucoup ont oublié de considérer les choses. Si l’on ne perçoit pas les choses, on ne peut pas non plus les apprécier à leur juste valeur. On ne peut alors pas non plus prendre soin de notre environnement. En référence à la photo : J’observe la main et je pense à quel point la main est un outil formidable. Combien nous pouvons utiliser la main de manière différente et combien nous sommes proches des chimpanzés.

CEWE est synonyme de produits photo tangibles, comme le LIVRE PHOTO CEWE. Quelle est pour vous la valeur d’une photo que vous pouvez tenir entre vos mains ? Et que faites-vous de vos propres photos ?**
J’ai déjà réalisé par le passé un livre de photos de voyage consacré à la Nouvelle-Zélande et des livres de photos des enfants depuis leur naissance. Pour cela, j’ai photographié et scanné les anciennes photos. J’ai également réalisé un livre de photos retraçant l’histoire de la famille. Le côté tangible est très particulier pour moi, car je peux feuilleter et m’attarder sur les pages. Avec le livre de photos, je peux raconter et créer mon histoire et revivre le voyage.

Pour terminer, quels conseils donneriez-vous aux débutants en photographie ?
Je trouve qu’il est toujours bon de réfléchir précisément à ce que l’on veut photographier. Prenez conscience des détails et observez ce que cela vous fait. La plupart du temps, je tâtonne avec de nombreux cadrages allant du plus éloigné au plus proche pour trouver le réglage parfait et voir quel effet produit telle ou telle prise de vue et ce qui me plaît le plus.

Merci beaucoup pour cette interview !

Découvrez d’autres interviews passionnantes et riches en idées

Faites en sorte que vos photos attirent l’attention